Régimes de libération des terres pour les bricoleurs


Le gouvernement s'est vraiment construit ces dernières années. En particulier, il existe une recherche active de moyens d'augmenter la gamme de terrains et d'autres opportunités d'auto-construction. Dans le budget du printemps, de nouvelles initiatives ont été annoncées et à peu près au même moment, les droits d'aménagement autorisés ont été étendus pour faciliter la conversion de bâtiments ruraux en logements. Comme toujours, les réponses des gouvernements locaux aux initiatives gouvernementales varient d'un bout à l'autre du pays. Voyons donc quels systèmes sont actuellement en place et lesquels pourraient être créés à l'avenir. Droit au développement Le budget 2014 a annoncé l'intention d'introduire un système de libération des terres appelé droit au développement (à ne pas confondre avec le droit communautaire existant de développer), qui vise les communautés plutôt que les individus). Le programme est soumis à consultation et impliquera des essais avec certaines autorités locales. L'idée est que les conseils qui n'offrent pas d'opportunités ou de terrains pour se construire peuvent être officiellement interrogés et invités à le faire. Le fonctionnement exact du système ne sera connu que lorsqu'il sera officiellement adopté. Cependant, le prochain projet de consultation devrait fournir une bonne indication. On espère que les conseils seront obligés de répondre aux besoins des constructeurs et de s'assurer qu'il y a suffisamment de terrains potentiels pour répondre à la demande. Le magazine Build It suivra régulièrement l'avancement des initiatives dans notre centre «Right to Build» régulièrement mis à jour. Attribution de biens immobiliers aux auto-constructeurs Le cadre de politique nationale de planification (NPPF) prévoit déjà que les conseils fournissent suffisamment de biens immobiliers pour répondre aux besoins de logement. y compris les auto-constructeurs. Dans le passé, les conseils municipaux ont fourni de grandes superficies de terrain pour de nouvelles maisons, et celles-ci ont été récupérées par les constructeurs de volumes, avec quelques rénovations ou des parcelles de jardin dans les colonies offrant parfois des opportunités aux constructeurs de maisons. Maintenant que les conseils municipaux sont conscients d'une demande de terrains auto-construits, lors de l'attribution de terrains à des fins résidentielles, vous pouvez spécifier qu'une partie de ceux-ci soit mise à la disposition des auto-constructeurs. Cela peut être un simple pays, mais aussi sous la forme de parcelles de terrain avec service. Même si le NPPF a été introduit en 2012, il existe encore de nombreux conseils qui ne reconnaissent pas les besoins des constructeurs de bricolage, et l'initiative Right to Build semble être orientée dans ce sens. Entre-temps, d'importants fonds publics ont été dégagés pour aider les autorités locales à fournir des terrains à bâtir gérés. Cela est également susceptible d'inciter certaines autorités locales à agir. Les plans de voisinage et les droits de développement communautaire sont une autre façon d'allouer des terres aux auto-constructeurs. Cela peut aller de l'identification de parcelles de construction probables à de plus grands emplacements pour des aménagements viabilisés ou des plans d'auto-construction communautaire. Il est essentiel que les bricoleurs potentiels soient entendus lors de l'élaboration des plans locaux et de quartier. Ils devraient participer au processus de consultation publique et s'opposer à l'élaboration de politiques qui ne répondent pas adéquatement à leurs besoins. Si des terrains sont attribués à des fins résidentielles dans le cadre du plan de quartier, des projets de groupe peuvent être réalisés en vertu du droit communautaire de la construction sans nécessiter un processus de planification normal. Utilisez la section des directives de planification sur le site Web de votre district ou gouvernement local pour en savoir plus sur ce qui se passe dans votre zone de chalandise, et vérifiez auprès de votre communauté ou conseil local pour voir si un plan de quartier est en préparation. Droits de développement autorisés (qui régissent ce que vous construisez sans autorisation) peut) désormais permettre la transformation d'immeubles commerciaux, de commerces et de bureaux en appartements (avec de nombreuses exclusions et réservations). Ces changements permettent non seulement de modifier les usages auxquels les conseils ont résisté auparavant, mais ils simplifient et accélèrent également le processus de délivrance des permis. Expansion du village Le NPPF attache une grande importance à ce que les nouveaux bâtiments soient aussi durables que possible. Cela a incité certains conseils à adopter une politique de logement rural trop restrictive, en particulier dans les zones éloignées des transports publics et d'autres installations. Les récentes lignes directrices pour les pratiques de planification clarifient la position du gouvernement à ce sujet et suggèrent que les mesures générales visant à restreindre le développement du logement dans certaines colonies (et à empêcher l'expansion d'autres) devraient être évitées. Cette approche pourrait permettre de nouveaux logements à la périphérie des zones rurales, mais il reste à voir comment les différents conseils reflètent les directives dans leurs politiques. Ce changement particulier s'est introduit, mais a le potentiel de conduire l'offre de logements plus de terres rurales dans la bonne direction. Le droit de la concurrence est également souhaitable, dans lequel le public peut demander aux agences du gouvernement central de libérer les terres ou les biens redondants dont ils sont propriétaires. Donc, si vous avez un terrain ou une propriété publique vide dans votre région, cela peut être approprié
Pour le bricolage, il est désormais possible de questionner une application et de proposer une alternative plus productive. En cas de succès, le pays est ensuite vendu par le gouvernement à un prix équitable. Il reste à voir si la foire est bon marché.